Interview de Hilary Evans

Chercheur indépendant, membre de la Society for Psychical Research, Londres.

 

Quel est l'objet de vos recherches ?
 

Je ne suis pas un chercheur scientifique, donc je ne participe à aucun programme affilié à une université.
Au lieu de cela, je poursuis des investigations sur quelques sujets marginaux comme les interférences sur les éclairages publics. C'est-à-dire les personnes qui font s'éteindre les lampadaires (ou moins souvent, les allument). Mais cette recherche n'est pas très scientifique : je rassemble de l'information sur le sujet, j'ai des lettres de plus de 200 personnes, et j'essaie d'analyser le phénomène. Mais ni le département de recherche de la Society for Psychical Research ni le département de psychologie de l'université de Hertfordshire, n'ont pu concevoir un protocole approprié, le projet est donc en " stand-by ". Cependant je reste convaincu qu'il y a un intérêt potentiel important derrière ce phénomène car les lampadaires publics ne sont pas comme les petites cuillères d'Uri Geller : ils sont grands, publics, et on ne les manipule pas facilement. Et pourtant ils s'éteignent…
J'écris des livres sur des sujets qui m'intéressent, et dont j'espère qu'ils en intéressent d'autres. Le plus récent est " Seeing Ghosts " (Voir des Fantômes), qui est une tentative sérieuse de faire un point des théories passées et récentes sur les expériences de fantômes, et de proposer des voies utiles de recherche. Jusqu'ici aucune critique sérieuse de mon livre n'a été publiée, ce qui est décevant et, je trouve, étonnant. J'ai cependant reçu des e-mails enthousiastes de lecteurs, je reste donc optimiste. Je crois qu'il y a une meilleure acceptation de la réalité de certains phénomènes qui ont jusqu'ici été considérés comme "paranormaux". Je rejoins Rupert Sheldrake sur la nécessité d'abandonner ce label, de même que " surnaturel ". Je suis sûr qu'il a raison de considérer le " psi " comme une extension des pouvoirs de l'esprit, qui n'ont pas à être isolés dans une catégorie à part. Je défends ce point de vue dans mon livre sur les fantômes. Nous avons besoin de dépasser la confrontation entre les " sceptiques " et les " tenants ", et de travailler ensemble à établir ce qui est valide et ce qui ne l'est pas.
En fin de compte, je suis convaincu que c'est en explorant le potentiel de l'esprit humain que nous trouverons la solution à beaucoup de choses qui nous mystifient. Pour cette raison je travaille actuellement en collaboration avec le Dr Robert Bartholomew sur une " Encyclopédie des Comportements Sociaux Exceptionnels ", qui va réunir pour la première fois des récits d'événements tels que " Les convulsionnaires de Saint-Médard ", le fameux canular radio d'Orson Welles d'après HG Wells, d'étranges événements survenus en Thrace au 3ème siècle avant JC, le prétendu miracle de Fatima, et beaucoup d'autres histoires extraordinaires dans lesquelles les êtres humains vont au-delà de ce qui est considéré comme normal, et se livrent à des comportements collectifs exceptionnels.

 
 
 
_____________________________
 
RÉFÉRENCE

Site web : Society for Psychical Research

 


Fermer cette fenêtre

ou si vous venez d'un moteur de recherche :

allez vers la page d'accueil du site http://geepp.free.fr